Vie quotidienne

Présentation générale de l’Arménie

COUT DE LA VIE

Budget moyen en euros, logement compris :

Pour un célibataire : 1 800 à 2 400 €
Pour un couple : 2 400 à 4 200 €
Pour un couple avec 2 enfants : 3 500 à 4 700 €

Des banques françaises comme le Crédit Agricole (associé depuis 2006 avec ACBA Bank) ou étrangères comme la banque britannique HSBC sont installées dans le pays.

La carte bancaire peut être utilisée pour des retraits de fonds dans certains distributeurs automatiques (vérifier les compatibilités).

LOGEMENT

Il n’existe pas de recommandations particulières concernant le logement, même si certains quartiers ou certains immeubles sont à éviter en raison de coupures plus ou moins fréquentes du gaz, de l’électricité ou de l’eau.

Les quartiers résidentiels de Erevan se situent en centre-ville et sur les hauteurs, à Nork Marache, Kanaker-Zeitoun ou encore Arabkir.

Locations

  • Centre-ville :
    · studio : il varie de 250€ à 450€/mois
    · deux-pièces : 450€ à 650€/mois
    · trois-pièces : 650€ à 950€/mois
    · quatre-pièces : 1000 à 1500 €/mois
  • Résidentiel banlieue : de 1 000 à 4 000 euros pour une villa.

Les baux sont établis en général pour un an, renouvelables par tacite reconduction. Peu d’entre eux sont enregistrés.

Eau, gaz, électricité...

  • Le chauffage est le plus souvent au gaz (chaudière individuelle) : compter environ 100 euros par mois en hiver.
  • La climatisation est nécessaire l’été, ce qui entraîne des dépenses supplémentaires d’électricité à cette saison.
  • Depuis 2006 et l’installation de compteurs individuels d’eau, le prix du m3 s’établit autour de 140 drams. Même si la qualité de l’eau à Erevan est « correcte », sa consommation alimentaire doit être évitée.
  • Les coupures ne sont pas rares, que ce soit pour l’eau, l’électricité, le gaz ou le téléphone, dues souvent à la vétusté des installations. L’alimentation en eau est très inégale, ce qui peut poser problème pour l’utilisation des chauffe-eau, machines à laver et douches. S’assurer que l’immeuble comprend des réservoirs d’eau. Un système mixte de cuisson ou de chauffage au gaz et à l’électricité peut être utile.

VEHICULES

Aucune norme n’est exigée pour l’importation d’un véhicule. Pour les formalités, il suffit de présenter la carte grise du véhicule (avec traduction). Les droits de douane s’élèvent à 32% de la valeur du véhicule.

Acheter un véhicule neuf ou d’occasion sur place ne pose pas de problème particulier. La plupart des marques sont disponibles. Du fait de l’état des routes et des conditions climatiques l’hiver, un 4x4 n’est pas un luxe.

Pas de problème majeur pour les réparations, si ce n’est l’importation de pièces détachées pour des véhicules étrangers (15 jours minimum pour la livraison...) Les mécaniciens arméniens sont efficaces.

Il est possible de louer un véhicule avec ou sans chauffeur par le biais d’agences de voyage ou spécialisées comme Europ Car ou Hertz.

Les assurances sont depuis 2011 devenues obligatoires. Les prix sont équivalents à ceux pratiqués en France pour une compagnie ré-assurée en Europe. Vous pouvez souscrire une assurance auprès des compagnies suivantes : « Rosgosstrakh », « Ingo Armenia », « Garant Assistance », « SIL Insurance », « Reso », « Naïri Insurance » etc.

Sur présentation du permis français, il est remis un permis arménien (coût environ 27 euros). Cette formalité ne semble pas obligatoire actuellement.

TRANSPORTS ET COMMUNICATIONS

Communications locales

La libre circulation est totale. Il est possible de se déplacer en taxis, en minibus ou en autocar (bien que ceux-ci soient souvent hors d’usage). Le train, très lent, est à déconseiller.

Pas de problème pour circuler en voiture malgré des conditions difficiles en hiver et un réseau routier en assez mauvais état général, à l’exception des grands axes qui ont été refaits en 2004, ainsi que la route de l’aéroport en septembre 2006 à l’occasion de la visite d’Etat du Président Chirac. Toutefois, les mouvements de terrain et les écarts climatiques dégradent rapidement les revêtements. L’état des routes secondaires laisse fortement à désirer (4x4 conseillé).

Le respect du code la route est aléatoire, il n’existe aucune discipline dans la conduite et de nombreux véhicules mal entretenus sont source de dangers divers. Les chauffeurs des ’’élites locales’’, au volant de voitures somptueuses et puissantes, font la loi. Il faut donc se résigner, et s’assurer. La plupart des conducteurs arméniens ne le sont pas.

Les quelques gestes de courtoisie initiés par les conducteurs étrangers (respect des passages pour piétons par exemple) laissent les bénéficiaires incrédules et désemparés, voire soupçonneux.

Liaisons aériennes

  • Air France, 3 fois par semaine en été, 2 fois en hiver, direct avec CDG, 5h
  • Armavia, 3 fois par semaine en été, 2 fois en hiver, direct, 5h
  • Austrian Airlines, 5 à 6 fois par semaine, via Vienne, environ 7h
  • Czech Airlines, BMI, Air Baltic (via Prague, Londres, Riga)

Le prix moyen pour un aller retour Paris-Erevan en 2011 est de 450 €

Liaisons téléphoniques, postales et électroniques

  • Liaisons téléphoniques correctes mais chères. Il est recommandé d’acheter des cartes prépayées ou d’utiliser Skype.
  • La distribution du courrier n’est pas fiable. Des services de courrier rapide (Fedex...) sont disponibles.
  • Le réseau Internet s’améliore mais n’offre que des services de qualité moyenne. Les prix sont plus élevés qu’en France pour une liaison haut débit.

publié le 28/06/2017

haut de la page