Message du Ministre à l’ouverture des 3èmes Assises de la coopération décentralisée (Erevan, 1er décembre 2016). [hy]

A mon grand regret, mon agenda ne me permet pas d’être avec vous aujourd’hui à Erevan. J’ai néanmoins tenu, par l’intermédiaire de l’Ambassadeur de France en Arménie, à adresser mes vœux sincères de succès à ces 3èmes Assises de la coopération décentralisée franco-arménienne. Je voudrais à cette occasion remercier le gouvernement arménien, dont deux membres honorent de leur présence cette session d’ouverture : mon homologue et ami M. Edward Nalbandian, ainsi que M. David Lokian, ministre de l’Administration territoriale. Ma gratitude s’adresse également à tous les élus locaux arméniens et français ainsi que leurs collaborateurs, qui ont œuvré pour que ces Assises se tiennent dans les meilleures conditions.

Six ans après avoir été inaugurées ici même à Erevan, les Assises de la coopération décentralisée franco-arménienne constituent désormais un rendez-vous institutionnel majeur, qui témoigne de la richesse et du potentiel non seulement de notre coopération décentralisée, mais, plus largement, de nos relations bilatérales.

Bien plus que de simples relations diplomatiques, la France et l’Arménie sont en effet liées par une histoire partagée faite d’amitié et de confiance réciproques, qu’il serait impossible même de résumer en quelques phrases. C’est un héritage précieux et un socle solide, sur lesquels nous pouvons nous appuyer pour aller de l’avant. Déjà très proches, nos pays peuvent faire beaucoup plus pour relever ensemble les défis globaux de la paix, de la sécurité et du développement, qui sont d’ailleurs au cœur de notre appartenance au sein de l’Organisation internationale de la Francophonie, dont le prochain sommet aura lieu ici même en 2018. Je tiens à cette occasion à adresser mes plus vives félicitations et ma reconnaissance à l’Arménie pour son engagement sans faille en faveur des valeurs et des idéaux de la Francophonie.

La France a soutenu l’Arménie dans le chemin qu’elle a parcouru au cours des 25 dernières années, dans une conjoncture et un environnement régional souvent difficiles. En tant que co-président du Groupe de Minsk, elle œuvre pour qu’une solution négociée et durable, respectueuse de l’intégrité territoriale des Etats et du droit des peuples à l’autodétermination, soit trouvée au conflit du Haut-Karabagh. Elle est prête à bâtir, autour de nos valeurs communes, un véritable partenariat franco-arménien, à la fois politique, économique et culturel. Ma conviction est que nous disposons de tous les éléments pour mener ensemble à bien ce projet, dont la coopération décentralisée peut et doit devenir l’un des piliers.

Sous l’égide du Ministère des Affaires étrangères d’Arménie, du Ministère français des Affaires étrangères et du Développement international et de la Commission nationale (française) de la coopération décentralisée, l’union des communes d’Arménie (UCA) et Cités Unies France (CUF), organisent conjointement les troisièmes Assises de la coopération décentralisée franco-arméniennes.

Les liens privilégiés et le dialogue soutenu entre nos collectivités ont donné lieu depuis plus de 25 ans à des réalisations marquantes dans le domaine du développement territorial. Fort de plus de 70 partenariats actifs recensés en 2016, l’Arménie se classe parmi les pays d’Europe continentale avec lesquels les collectivités françaises comptent le plus grand nombre de réalisations. Ainsi plus de 30 entités territoriales françaises ont noué des partenariats avec une vingtaine de leurs homologues arméniens illustrant par là-même la maturité et la réussite de cette coopération. C’est sous ces auspices que je place vos troisièmes assises auxquelles je souhaite plein succès.

En ce 25ème anniversaire de l’indépendance de l’Arménie et de l’établissement de nos relations diplomatiques, je suis certain que ces 3ème Assises de la coopération décentralisée donneront une nouvelle impulsion à cette diplomatie de proximité qu’ont tissée nos collectivités territoriales. Je forme également le vœu qu’elles soient l’occasion pour que, ensemble, Français et Arméniens, réaffirmions notre engagement à construire un partenariat équilibré, solide et durable, qui sera bénéfique à nos deux peuples comme à l’ensemble de la région.

publié le 25/05/2017

haut de la page