Le palmarès des universités françaises

Les Universités françaises composent une solide garantie pour trouver un emploi

La quatrième enquête annuelle sur l’insertion des étudiants diplômés des universités révèle le palmarès de meilleures universités pour trouver un emploi et souligne la très bonne insertion professionnelle des étudiants des universités françaises en général. Ce taux d’insertion est élevé : 90 % pour les diplômés d’un master, 91 % pour les licences professionnelles et 88 % pour les titulaires d’un diplôme universitaire de technologie.

JPEG - 16.5 ko
L’amphithéâtre Descartes, à l’Université Sorbonne Paris

Les sciences présentent la meilleure garantie d’emploi, et l’économie et la gestion demeurent des valeurs sûres. Les filières sciences humaines et sociales, lettres, langues ou encore arts affichent elles aussi un très bon score avec 86% de diplômés insérés à 30 mois.

« Depuis 2007, nous avons un observatoire qui sonde nos étudiants, indique ainsi Jean-Louis Pin, vice-président chargé de l’orientation et de l’insertion professionnelle de l’université de Chambéry. Ce travail nous sert de pilotage de l’offre de formation. Et, pour les formations professionnelles, nous sommes en lien direct avec les entreprises. »

C’est là un autre enseignement de cette enquête : avec six diplômés de l’université sur dix salariés dans une entreprise privée, quelque que soit le domaine d’études, les universités françaises démontrent clairement leur capacité à former des diplômés recherchés par le secteur privé. « Il y a un réel décalage entre la perception de ce qu’est l’université aujourd’hui et la réalité, souligne Geneviève Fioraso, Ministre de l’enseignement supérieure. La formation universitaire bac + 5 est très appréciée des entreprises. »

Pour plus d’information
- Le résumé du palmarès des universités françaises pour l’insertion des étudiants
- Le palmarès complet, sur le monde.fr (édition abonnée)
- Tous les chiffres de la quatrième enquête annuelle sur l’insertion des étudiants diplômés des universités

Crédit photographiques : www.paris-sorbonne.fr/

publié le 20/01/2014

haut de la page