La France organisera la Coupe du monde de rugby en 2023 [hy]

Cette victoire récompense un travail collectif de la famille du rugby, des pouvoirs publics locaux et nationaux, du monde économique et des très nombreux Français qui se sont engagés. Le ministre et le ministère de l’Europe et des affaires étrangères ont travaillé à ce succès avec détermination.

Diffusée dans 207 pays du monde, la Coupe du monde de rugby devrait réunir 2, 6 milliards de téléspectateurs et plus de 2,4 millions de spectateurs dans les stades, et attirer plus de 450 000 visiteurs étrangers. Elle se déroulera en France du 15 septembre au 4 novembre 2023 dans dix villes (Bordeaux, Lille Métropole, Lyon, Marseille, Nantes, Nice, Paris, Saint-Denis, Saint-Etienne et Toulouse). Ses retombées économiques ont été ainsi évaluées : les dépenses touristiques et les dépenses d’organisation auront un impact direct de 1,1 Md Euros, auxquelles s’ajouteront d’autres retombées économiques indirectes.

La France a été choisie à Londres au détriment de l’Irlande et l’Afrique du Sud, les autres pays candidats. Elle est arrivée première aux deux tours du scrutin : elle a récolté 18 voix au premier (contre 13 pour l’Afrique du Sud et 8 pour l’Irlande), et 24 au second, contre 15 pour l’Afrique du Sud.

JPEG

Bernard LAPORTE (Président de la Fédération Française de Rugby) : « C’est la candidature du rugby amateur, c’est eux (les clubs) qui ont gagné. Cette Coupe du monde elle est pour tout le rugby français. J’en étais le dépositaire car je suis le président, mais c’est le rugby français qui a décidé d’organiser cette Coupe du monde. Pour le rugby amateur, je suis content, vous ne pouvez pas vous imaginer. Les retombées économiques, elles seront pour eux. Avec toutes les réformes que nous avions engagées, il fallait que nous gagnions cette Coupe du monde. Ce n’était pas un aboutissement, mais c’était un élément important dans l’évolution de notre rugby. Cela va attirer des licenciés, cela va donner les moyens économiques pour mettre en place les réformes déjà engagées. »

publié le 21/11/2017

haut de la page