5ème conférence internationale de Democracy Today : "Répondre aux défis contemporains de façon innovante. Récits de femmes artisanes de la paix " [hy]

JPEG - 204.7 ko
Les lauréates du "Young Women’s Peace and Human Rights International Award" entourées de M. Alex Bortolan, Conseiller de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France en Arménie et de Mme Gulnara Shahinian, Présidente de Democracy Today

S.E.M. l’Ambassadeur Jean-François Charpentier a participé à la 5ème conférence internationale de Democracy Today : "Répondre aux défis contemporains de façon innovante. Récits de femmes artisanes de la paix ". Cette conférence, soutenue financièrement par la France, s’est déroulée du 7 juin au 9 juin 2017 et avait pour ambition de sensibiliser au rôle des femmes dans les processus de paix. L’ONG Democracy Today est dirigée par Mme Gulnara Shahinian, qui a puisé son inspiration dans l’activisme pacifique de Mme Anahit Bayandur. Depuis la création de l’ONG et des cycles de conférences où peuvent témoigner des femmes du monde sur leur combat pour l’égalité des droits. Le « Young Women’s Peace and Human Rights International Award » a été remis à 16 lauréates depuis la création de l’ONG, qui organise annuellement un cycle de conférences permettant aux femmes du monde entier de témoigner et d’échanger sur leur combat pour l’égalité des droits. Cette année, le prix a été remporté par Mme Barween Mohammed Ameen (Irak) et Mme Katherine Ronderos (Colombie).

Barween Mohammed Ameen a reçu le prix au nom de son association "Baghdad Women’s Association", qui a participé au renforcement du rôle des femmes en Irak dans les processus de consolidation de la paix et de réconciliation.

Katherine Ronderos est presidente de Women’s International League for Peace and Freedom en Colombie et consultante de UNWOMEN en Colombie.

JPEG

S.E.M. l’Ambassadeur a quant à lui rappelé que les femmes sont concernées à plusieurs niveaux par les conflits armés : elles peuvent être victimes de violences, mais également combattantes, volontaires ou non, de forces armées. Elles sont aussi des actrices potentielles dans toutes les phases des conflits, en particulier dans les processus de paix ainsi que dans les politiques de reconstruction et de développement.

La résolution 1325 adoptée en 2000 dans le cadre de l’agenda "Femmes, paix et sécurité" du Conseil de Sécurité des Nations Unies a joué un rôle important dans ce processus en appelant les États à prendre les mesures nécessaires à la protection des femmes avant, pendant et après les conflits. La France s’est ainsi engagée à défendre l’adoption et le respect de l’ensemble des huit résolutions : un plan national a été adopté afin de lutter contre l’impunité des violences faites aux femmes, mais également afin de soutenir la participation des femmes dans le processus de pacification et dans les opérations de maintien de la paix.

Enfin, S.E.M. l’Ambassadeur a souligné que les femmes ne sont pas seulement des victimes : leur voix doit être entendue dans les processus de négociation et de pacification. De plus, la société civile doit être force de propositions dans le processus démocratique qu’est la stabilisation d’une région en conflit. Les femmes, des deux côtés d’une frontière, doivent être porteuses d’un message de paix qui vise à résoudre les conflits.

Un film documentaire a été réalisé pour réunir les témoignages des femmes venues de loin partager leur expérience (Colombie, Chypre, Ukraine, Colombie, etc.) avec le soutien de l’Ambassade de France en Arménie afin de permettre à leur voix de toucher un plus large public.

publié le 16/10/2017

haut de la page